Le gTLD, pour generic Top-Level Domain, correspond à un domaine de premier niveau. Il s’oppose au ccTLD, country code Top-Level Domain.

À quoi correspond un gTLD ?


Le gTLD correspond à une extension de type .com, .net ou encore .org. Généralement le type de domaine le plus répandu, sa caractéristique principale est qu’il n’est rattaché à aucun pays, à aucune zone géographique précise. C’est en cela qu’il s’oppose aux ccTLD, noms de domaine propres à un pays : .fr, .de, .cn, etc.

Il est également important de bien différencier un gTLD d’un nom de domaine générique. Le premier est une famille d’extension alors que le second est un nom de domaine dont l’élément qui précède l’extension et le point (racine) contient un ou plusieurs termes descriptifs.

La majeure partie des gTLD s’enregistre sans prendre en compte le pays d’origine ni même de l’activité de la personne, de l’entreprise ou de l’organisme qui le dépose. Déposer un nom de domaine en .com, .net ou .org est donc accessible à tous, entreprise ou particulier.

Les restrictions liées au gTLD


Certaines familles d’extension gTLD sont soumises à des restrictions voire des réservations. Dans ce cas précis, seuls certains organismes peuvent demander l’enregistrement de noms de domaine dans une extension donnée. Ces organismes doivent par ailleurs répondre à des critères précis.

Parmi ces restrictions, on trouve des extensions en .gouv (réservés exclusivement aux organisations gouvernementales comme les ambassades ou les ministères) ou en .museum (destinés uniquement aux musées).

Les différents domaine de type gtld


À la fin de l’année 2010, 21 noms de domaine de type gTLD étaient officiellement répertoriés. Ce nombre tend à s’accroître au cours des années à venir.

Les gTLD, ou domaines de premier niveau générique, comptent parmi les plus répandus sur le Web. Dans le Top 5 des gTLD les plus utilisés, on retrouve d’ailleurs des extensions très connues :